L’Allemagne recule dans le domaine de l’open source

Il me fait grand plaisir de me joindre à l’équipe de blogueurs d’ArcUtilisateurs.

N’étant plus un “ArcUtilisateur” depuis quelques années, j’apporterai une saveur plus affaires que technologique.

En tant que premier « post », je vous propose la lecture du lien suivant : L’Allemagne recule dans le domaine de l’open source

Bon, il ne s’agit pas de faire du bashing sur le logiciel libre, les deux technologies ont leurs forces et leurs faiblesses – fin du débat. Mais je trouve quand même le lien pertinent, surtout dans le contexte québécois actuel, qui nous fait miroiter la gratuité ou les réductions de coûts dans l’utilisation des technologies libres.

Si on ne compare que les coûts des licences logicielles, c’est évident que les technologies libres vont toujours sembler plus attrayantes.

Par contre, comme toute solution informatique, les licences logicielles représentent simplement un pourcentage du coût total d’implantation et de support de la solution (total cost of ownership). Il faut aussi considérer l’interopérabilité (qui n’est pas nécessairement synonyme de libre en passant), l’évolution et l’entretien de la solution à long terme, la formation des employés, etc…

Bref, les solutions miracles (et gratuites par la fait même) n’existent tout simplement pas!

Si on favorise une technologie libre, ou commerciale par la fait même, par simple conviction personnelle, cela devient du fanatisme et on perd de vue les besoins réels de l’organisation.

Il s’agit simplement de sélectionner la solution qui répond le mieux à nos besoins.

Le gros bon sens quoi!

 

JSG

Tags:

Commenter le billet