Articles par auteur

Comment rénover votre SIG

Friday 13 May 2011

Avec l’été qui approche à grand pas, cela signifie également la période des révonations extérieurs.
À ce sujet, j’ai plusieurs projets à réaliser cet été, mais mon objectif premier est de refaire mon patio.

En discuttant du projet avec ma conjointe, je me suis rapidement rendu compte que n’ayant jamais fait de tels travaux, je ne savais pas vraiment pas ou commencer.

Étant régulièrement impliqué dans divers projets de mise en œuvre de système d’information géographique (SIG) avec nos clients, je me suis dis « Tiens, appliquons la même méthodologie pour ce patio ».

J’ai donc commencé par la base…Quels sont nos besoins?

J’ai donc fait une interview avec ma conjoite afin de valider ses besoins (étant donné que je connaissais déjà les miens).
Premier constat (qui soit dit en passant, est un constat auprès de la GRANDE majorité des organisations) ma conjointe me transmettait ses besoins en solutions.
Par exemple « Nous avons besoin d’un plus grand patio ».

Le véritable besoin est en fait d’avoir assez d’espace pour un BBQ, un ensemble de patio extérieur, des espaces de rangements pour la matériel de piscine, etc.

La solution est effectivement de faire un plus grand patio, mais au moins désormais nous savons pourquoi nous devons avoir un plus grand patio. Pour le bien de notre projet, ce besoin a été identifié comme le besoin « primaire ». Si le résultat final ne comble pas ce besoin, le projet pourrait être considéré comme un échec.

Ensuite, nous avons élaborés d’autres besoins, surtout au niveau de l’estétique, comme les types de matériaux, la couleur, emplacements pour des fleurs, etc. Pour le bien de notre projet, ces besoins ont été identifiés comme des besoins « secondaires » ou des nice to have en bon québécois.

Nous en sommes venu à la conclusion, qu’effectivement notre patio devrait être réagrandi, étant donné sa capacité limité pour l’instant par rapport à notre besoin d’espace supplémentaire (notre besoin primaire).

De plus, tant qu’a aggrandir le patio, nous allons appliquer certaines modifications au niveau de l’estétique (besoins secondaires).

Donc, quand vous implantez une solution SIG dans votre organisation, posez-vous toujours les questions auivantes :
- Qui sera l’utilisateur de cette solution?
- À qui la solution va bénéficier?
- Qu’est-ce qui est important au sein de ce groupe?
- Quelles sont les priorités de ce groupe?
- Allez-vous créer quelque chose de nouveau, ou remplacer quelque chose d’existant?

N’hésitez pas à prioriser vos besoins et établir des phases de réalisation pour mieux assurer le suivi de votre projet.

De plus, un besoin devrait toujours être exprimé sous la forme du QUOI et non pas du COMMENT.

Je vous conseil de garder les choses simples (Keep It Simple & Straightfoward) et de rester focuser sur votre plan de match (des conseillers en rénovations m’ont mentionné qu’il faut éviter les « tant qu’à y être », sinon vous risquez de défoncer votre budget).

La même rêgle s’applique également en projets géomatiques!

En conclusion, je vous invites à consulter différents sites pour vous guider dans la mise en œuvre de votre projets (SIG et de patio J) :

- SIG
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gestion_de_projet
http://www.esri.com/services/professional-services/methodology.html
http://roi.esri.com/#application.fileurl#docs/ChapterOverview.pdf

- Patio
http://www.rona.ca/contenu/vos-projets-exterieurs-planifier-avant-commencer_guides-planification_conseils
http://www.pratico-pratiques.com/jardinage/trucs-et-conseils/quelques-conseils-pour-fabriquer-un-patio
http://www.patiodesign.ca/conseils.asp

JS « Mr. Bricole »

L’Allemagne recule dans le domaine de l’open source

Monday 28 February 2011

Il me fait grand plaisir de me joindre à l’équipe de blogueurs d’ArcUtilisateurs.

N’étant plus un “ArcUtilisateur” depuis quelques années, j’apporterai une saveur plus affaires que technologique.

En tant que premier « post », je vous propose la lecture du lien suivant : L’Allemagne recule dans le domaine de l’open source

Bon, il ne s’agit pas de faire du bashing sur le logiciel libre, les deux technologies ont leurs forces et leurs faiblesses – fin du débat. Mais je trouve quand même le lien pertinent, surtout dans le contexte québécois actuel, qui nous fait miroiter la gratuité ou les réductions de coûts dans l’utilisation des technologies libres.

Si on ne compare que les coûts des licences logicielles, c’est évident que les technologies libres vont toujours sembler plus attrayantes.

Par contre, comme toute solution informatique, les licences logicielles représentent simplement un pourcentage du coût total d’implantation et de support de la solution (total cost of ownership). Il faut aussi considérer l’interopérabilité (qui n’est pas nécessairement synonyme de libre en passant), l’évolution et l’entretien de la solution à long terme, la formation des employés, etc…

Bref, les solutions miracles (et gratuites par la fait même) n’existent tout simplement pas!

Si on favorise une technologie libre, ou commerciale par la fait même, par simple conviction personnelle, cela devient du fanatisme et on perd de vue les besoins réels de l’organisation.

Il s’agit simplement de sélectionner la solution qui répond le mieux à nos besoins.

Le gros bon sens quoi!

 

JSG